Il est surprenant de constater le dogmatisme fondamentaliste qui règne dans l’information sur la question vedette de cette année 2021 en Europe: la vaccination contre le coronavirus SRAS-CoV-2. Sur quelques faits précis, on a construit une sorte de paradigme qui est non seulement plein de faussetés mais, surtout, qui « oublie » une multitude d’autres faits et questions qui ne semblent pas s’y intégrer. Ce paradigme nous est présenté comme un ensemble compact. Si elle n’est pas acceptée comme un tout indissociable, les transgresseurs sont condamnés ex cathedra ipso facto aux enfers de la conspiration et du négationnisme.

« Sans vaccination – nous dit-on – il n’y a pas de salut »

Cela semble être en Occident le dogme fondamental à ce moment historique: la vaccination est le seul moyen de mettre fin à la pandémie. Un dogme « scientifique » aussi fondamentaliste que celui qui a prévalu en Occident pendant des siècles: « Hors de l’Église, point de salut ». Il s’accompagne d’un autre grand dogme: le covid 19 est le seul responsable de l’énorme crise économique que nous connaissons. Ce dernier point est, si possible, encore plus incontestable. Le remettre en question, ce que j’ai déjà fait, est une folie. Bien que, de nos jours, ce dogme fondamental, « Pas de vaccination, pas de salut », soit éclipsé par le mantra du moment, un mantra de second ordre qui fait désormais la une de tous les journaux: « Pour le moment, l’OMS considère que les avantages du vaccin d’AstraZeneca sont supérieurs à ses risques et recommande de poursuivre la vaccination ». Vous l’entendez ad nauseam de la part des experts comme des citoyens ordinaires.

Commençons par essayer de mettre en évidence la faiblesse du dogme fondamental sur lequel reposent tous les autres, le dogme selon lequel la vaccination est le seul moyen de mettre fin à la pandémie. Comment est-il alors possible qu’en Chine, avec un vaccin moins efficace que les vaccins atlantistes et avec une population peu intéressée à se faire vacciner, il n’y ait pratiquement aucune infection depuis mai 2020? La manipulation des esprits par les médias est telle que lorsque, à quelques reprises, j’ai évoqué l’inexistence de contagions en Chine, la réaction a été la même: « Ils doivent mentir. Comment est-ce possible en Chine, rien de moins! » Dans la Chine –cela va sans dire– des produits et de la nourriture bon marché, dans la Chine communiste sans démocratie. Ceux qui réagissent de cette manière ne sont même pas intéressés à vérifier cette réalité. Il est impossible de l’intégrer mentalement dans la doctrine dont nous sommes bombardés en permanence et qui fait de nous une sorte de provinciaux ignorants qui méprisent ce qui est différent et se moquent des étrangers.

« On ne peut pas imprimer, nous dit-on, tant de dollars et tant d’euros »

Malgré cette puissante propagande visant à imposer le dogme fondamental susmentionné, la réalité incontestable est qu’en Chine, il n’y a ni contagion, ni utilisation obligatoire de masques, ni crise économique. Il n’y avait ni contagion ni crise économique avant le début de la vaccination. Bien que, pour en arriver là, il y ait eu de nombreuses et importantes différences antérieures entre eux et nous. Là, il y a eu des contrôles exhaustifs, des soins précoces, des codes QR personnels indiquant l’état de santé (quelque chose de beaucoup plus sûr que le certificat de vaccination, qui ne donne pas trop de garanties contre la contagion), un confinement strict, des aides économiques directes importantes non seulement pour sauver « l’économie » mais surtout pour que les vrais gens puissent supporter sans problèmes le confinement strict… Le vrai « problème » est que toutes ces mesures impliquent une énorme quantité d’argent. C’est la différence fondamentale: en Occident, l’économie est aux mains privées, aux mains des élites qui contrôlent absolument les banques centrales et qui ont décidé d’abandonner la plèbe à son sort.

Imprimer autant de trillions de dollars ou d’euros pour tout ce qui les intéresse eux-mêmes, comme ils le font depuis la « crise » de 2008, et aussi maintenant pour renflouer la plèbe, c’est trop de dettes, trop d’argent en circulation. « Il n’y a pas d’argent pour plus d’aide » : c’est le grand mensonge que nous inculquent les experts et les médias de ces élites, toujours plus scandaleusement riches et puissantes alors que la pauvreté augmente rapidement. Mais la réalité est qu’il y avait et qu’il y a toujours des aides possibles pour l’ensemble de la population, similaires à celles réalisées en Chine.

Trop d’experts « au prestige reconnu », authentiques négationnistes de toute cette réalité, structurent des doctrines officielles obscures et souvent malhonnêtes. Des doctrines qu’ils nous injectent depuis tous les médias sans nous laisser de répit, des doctrines qui cachent et nient ces clés importantes… tandis qu’ils disqualifient comme négationnistes tous ceux qui sortent un minimum du scénario et mettent en lumière ce qu’ils cachent et nient. Infantilisés par tant d’informations « sérieuses », beaucoup n’ont pas encore compris que dans la gestion de cette pandémie, tout est question d’argent, comme presque toujours.

La vaccination de masse n’est pas « la » panacée universelle

Pourquoi, alors, des personnes bien informées présentent-elles comme « la » panacée universelle une vaccination de masse qui, en réalité, ne l’est pas? Il n’est pas « la » panacée universelle car il a ses graves problèmes, bien plus fréquents et sérieux que ce qui apparaît dans les journaux télévisés. Seulement au Royaume-Uni (plus transparent en termes d’information que la plupart des pays européens en ce qui concerne le Covid 19), entre le 9 décembre 2020 et le 26 janvier 2021, quelque 70.000 effets indésirables graves ont été enregistrés, selon les chiffres officiels. Personnellement, rien que dans mon petit cercle de connaissances, il y a eu trois cas de décès quelques jours après la vaccination. Trois cas dont les caractéristiques indiquent clairement une causalité plutôt qu’un simple hasard. Mais ces cas n’apparaîtront jamais dans les registres parce que les mêmes parents ne les ont pas signalés, car ils considèrent qu’il est « absurde » de faire le lien avec la vaccination que leur parent décédé avait reçue.

La vaccination de masse n’est pas non plus « la » panacée universelle pour plusieurs autres raisons. Ce ne l’est pas parce que, en plus de problèmes sérieux, il présente des limites notables, comme celles causées par les mutations fréquentes et dangereuses du virus. Ou parce que, même s’il s’agissait d’une mesure efficace et sans conséquences futures (ce dont les laboratoires pharmaceutiques eux-mêmes ne sont pas certains), la vaccination doit être accompagnée de nombreuses autres mesures.

Une « solution » suffisamment bon marché et rassurante, ainsi que rentable?

La vaccination de masse sera-t-elle présentée comme « la » panacée universelle, ce qu’elle n’est pas en réalité, parce qu’il s’agit d’une campagne bien moins coûteuse que les mesures globales déployées en Chine? Ou parce qu’il s’agit d’une mesure suffisamment rassurante qui, une fois ses risques et limites considérables dissimulés, couvre apparemment les responsabilités politiques sans qu’il soit nécessaire de déployer un véritable sauvetage de la plèbe? Ou encore parce qu’il s’agit d’une mesure qui rapportera d’énormes bénéfices aux entreprises pharmaceutiques élitistes, dont les profits sont presque comparables à ceux de l’industrie militaire ? Une industrie dont nous savons tous qu’elle ne recherche pas exactement la paix et qui ne peut dissimuler ses véritables intérêts comme le font les sociétés pharmaceutiques?

Il est très instructif de constater le traitement que TV3 a réservé le 14 avril dernier à la question de la vaccination en Chine. Le gros titre était que le vaccin chinois est très inefficace, à tel point que les Chinois eux-mêmes ne sont pas intéressés à le recevoir. Puis, entre les lignes, il a été commenté que « seulement » a été injecté à 40% de la population (en Espagne, aujourd’hui a été vacciné 23% de la population). De même, encore plus « en passant », il a été dit que « beaucoup de Chinois ne sont pas intéressés à le recevoir car il n’y a pratiquement pas de contagion là-bas ». Enfin, le correspondant de TV3 a clairement indiqué que, bien que la Chine « veuille encourager la vaccination pour marquer son leadership » dans le monde, elle voit maintenant comment « les États-Unis vaccinent plus rapidement ». Il a omis un « petit » détail : il a fait remarquer que durant les douze derniers mois, au cours desquels il n’y a pas eu de contagion en Chine, plus de 500 000 personnes sont mortes aux États-Unis, selon le décompte indépendant de l’université Johns Hopkins.

Il arrive, comme dans le cas de cette « nouvelle » de TV3, que l’anecdote atteigne la catégorie du symbole. Je me demande: Et qui se ferait vacciner ici s’il n’y avait pas de contagions et si les gens ne vivaient pas dans l’angoisse permanente dans laquelle les plongent tous les jours, à toute heure, toutes nos chaînes de télévision? Pour couronner le tout, le lendemain, nous avons reçu des nouvelles d’Amérique latine selon lesquelles le vaccin chinois Sinovac est beaucoup plus efficace que ce que l’on nous dit en Europe. Peut-être devrions-nous « féliciter » TV3, qui, il y a des années, me semblait –dupe– être une chaîne de télévision plus honnête que les autres.

La propagande a rendu l’Anthropocène possible

Apparemment, l’impact de l’humanité sur notre planète est tel que le terme « Anthropocène » est apparu pour exprimer que nous sommes peut-être en train de quitter l’Holocène et de vivre le début d’une nouvelle époque géologique. L’Holocène aurait commencé quelque 11 700 ans avant 2000, année où le prix Nobel de chimie Paul Crutzen a inventé le terme « Anthropocène ». Toutefois, il ne faut pas oublier que l’effet énorme et continu de l’homme sur la biosphère n’a été possible que parce que les médias grand public ont trop longtemps nié le réchauffement de la planète ou son lien avec l’activité humaine. Tout comme ils ont nié, décennie après décennie, de nombreuses autres choses, comme le lien entre le tabac et le cancer. Tel est le pouvoir de la propagande, capable de provoquer même un changement d’époque géologique.

Avec le détournement d’un élément aussi dangereux que la génétique et avec une propagande bien plus puissante que celle des dernières décennies, que peuvent continuer à provoquer dans l’espèce humaine ces élites sans aucune empathie ni éthique, dont le seul désir est le profit et le pouvoir, et qui décident pour nous tous, puisque nos représentants politiques ne semblent pas avoir l’autonomie d’un véritable leader serviteur du peuple? L’humanité verra-t-elle à nouveau émerger de véritables hommes d’État?

Maintenant, après la mise en évidence du lien direct entre la vaccination et les premiers effets graves de la vaccination, toutes les décisions nécessaires seront-elles prises de manière suffisamment radicale, ou seulement les décisions minimales qui permettent de « se conformer au dossier » tandis que l’agenda des élites bureaucratiques de Bruxelles se poursuit? Quand donnera-t-on de la place sur les chaînes de télévision à la pluralité, aux voix de ces experts qui mettent en garde contre la probabilité que de nombreux autres effets tout aussi graves apparaissent dans les années à venir? N’est-ce pas une obligation de veiller à ce que les citoyens soient informés des risques d’effets indésirables de tout traitement? L’Europe pourra-t-elle mettre fin à la pandémie avec une gestion comme celle qui prévaut actuellement ou sommes-nous condamnés à subir pendant des années cette folle montagne russe de restrictions et de « normalisations »?

Il faut trouver une sortie aux stocks de vaccins d’AstraZeneca

Comme je l’ai écrit au début, le mantra actuel est le suivant : les avantages du vaccin d’AstraZeneca sont supérieurs à ses risques et il faut continuer à l’utiliser. C’est possible. Mais, puisque des conséquences très graves sont en jeu pour des centaines de milliers de personnes (et non « quelques-unes », comme ils insistent à le dire), nous devrions au moins nous demander pourquoi nous en sommes arrivés là. Au départ, les dirigeants européens ont opté pour une certaine voie: celle de la solution de facilité, celle de la vaccination de masse présentée comme « la » panacée universelle. Et ils ont exclu d’autres mesures globales qui comprendraient une stricte limitation accompagnée d’un financement intégral des besoins des personnes. Puis, au carrefour suivant, excluant tout autre vaccin que ceux de « nos » amis pharmaceutiques (qui n’ont pas tenu leurs promesses ou qui nous ont vendu un produit défectueux), ils nous ont conduits tout droit au bord du précipice (il l’est vraiment pour des millions de nos concitoyens) sur lequel nous nous trouvons.

Maintenant, ils nous disent que nous devons prendre le risque de jouer à la roulette russe. Et nous verrons qui recevra le « prix ». Ou d’autres éléments hors sujet, comme celui selon lequel le tabac est beaucoup plus susceptible de provoquer une thrombose que le vaccin d’AstraZeneca. Excusez-moi messieurs, les miens n’en ont rien à faire, car ils ne fument pas. Le moins que l’on puisse attendre de ceux dont les mauvaises décisions ont conduit des dizaines de millions d’Européens dans ce dangereux dilemme serait qu’ils reconnaissent leurs erreurs. Au contraire, ils se consacrent non seulement à présenter comme inévitable cette situation à laquelle ils nous ont amenés après de nombreuses décisions antérieures très discutables, mais aussi à continuer d’accuser d’irresponsabilité ceux qui préfèrent ne pas se faire vacciner pour l’instant et qui pensent que nous n’aurions pas dû en arriver là.

Un secret suspect

Et puis il y a la question sérieuse d’une possible fraude de la part des élites bureaucratiques européennes qui prennent toutes ces décisions, fraude par collusion d’intérêts avec les compagnies pharmaceutiques « amies ». Lorsqu’une petite entreprise ou une administration locale doit attribuer un projet de seulement 15 000 euros, elles sont tenues de rendre publiques les raisons qui les ont amenées à choisir une entreprise particulière parmi d’autres.

Mais ces gens de Bruxelles ne semblent pas du tout se soucier de l’opinion des centaines de millions de citoyens à qui ils imposent, sans la moindre explication ni responsabilité, certains vaccins de sociétés pharmaceutiques « amies ». Que se passerait-il si une administration locale manquait à ce point de diligence dans la gestion de fonds destinés à des choses bien plus banales que la vie et la mort de ses citoyens ? Que se passerait-il si le clientélisme était flagrant et évident?

Expérimenter sur des humains les nouveaux « vaccins », face à l’urgence sanitaire

Il est évident que des « vaccins » présentant de nouvelles caractéristiques sont testés directement sur des personnes. Plusieurs scientifiques préfèrent les appeler « thérapies géniques expérimentales ». Et la question n’est pas mineure car seuls les vaccins bénéficient du privilège de sauter, à l’occasion d’une urgence, la stricte réglementation existante en matière de délais d’expérimentation. Au-delà de la superficialité des titres de l’actualité, ces mêmes entreprises pharmaceutiques reconnaissent que leurs vaccins seront en phase expérimentale jusqu’à fin 2022 ou début 2023. Mais on nous dit que c’est l’urgence qui justifie la prise de risques.

Cependant, alors que des dizaines de milliers de décès continuaient à se produire, la machinerie bureaucratique européenne, de plus en plus éloignée non seulement des populations mais même des gouvernements, ne facilitait pas l’utilisation du vaccin russe Spoutnik, le premier vaccin fabriqué dans le monde et déjà autorisé dans une quarantaine de pays. A tel point que ce sont les Etats qui ont commencé à tenter de débloquer une situation aussi absurde et dangereuse, en ouvrant des contacts directs avec le Centre Gamaleya, son fabricant. Des faits aussi graves que ceux-ci font soupçonner, à juste titre, que l’urgence d’utiliser les vaccins de « nos » « amis » pharmaceutiques n’était pas motivée par le souci de la santé mais par des intérêts économiques et géostratégiques.

Une Europe prise en otage par les élites, une Europe en danger

Tout ce qui a été dit sur la mauvaise gestion de la vaccination dans les pays d’Europe, en soumission totale aux diktats des élites (éventuellement même criminels en raison de la collusion d’intérêts) et avec une utilisation écrasante de la propagande, reflète parfaitement les causes de la décadence de l’Europe: une Europe où la propagande fait de nous des provinciaux ignorants; une Europe où il y a une soumission totale de nos dirigeants politiques aux élites économiques qui font et défont ce qu’elles veulent, principalement par le biais du contrôle de la Banque centrale européenne; une Europe où il y a un manque de réglementations qui empêchent réellement la collusion d’intérêts entre ceux qui prennent les décisions politiques les plus importantes et les lobbies des affaires…

Enfin, je voudrais évoquer le mépris systématique de la gestion de la pandémie par la Chine, ainsi que le boycott également systématique et la tentative de discréditer le vaccin russe Sputnik. Ils constituent un sérieux signal d’alarme: où et jusqu’où peut nous conduire la soumission de nos dirigeants politiques à des élites qui, pour faire plier la Russie de l' »assassin » Poutine (manière stupide du président Biden, par excès de ton ou par sénilité manifeste?) sont capables de mettre l’Europe en grave danger. Ce sont les élites qui viennent de réussir à placer à la Maison Blanche des laquais dociles prêts à exécuter la dangereuse confrontation avec laquelle ils prétendent soumettre la Chine et la Russie. Une confrontation dont les signes sont déjà inquiétants.

Conclusion

De mon point de vue, il y a des éléments évidents dans le récit officiel européen sur la pandémie et sa gestion, des éléments qu’il serait négationniste de nier. Mais il y a aussi trop d’autres choses obscures dans cette histoire, tandis que beaucoup d’autres choses en sont absentes malgré leur importance. Pour moi, il y a quelque chose d’indiscutable et d’important: si l’Europe est réellement aux mains d’élites vraiment psychopathes, la mauvaise gestion d’un événement aussi grave que cette pandémie est une occasion privilégiée pour ouvrir les yeux et amorcer enfin la révolution qui mettra fin au système économique, politique et médiatique qui ruine la vie de millions de familles depuis des décennies… Apprendrons-nous la leçon?

facebook
Twitter
Follow