Dans une interview de ces derniers jours, la Dr. Ángeles Maestro a fait référence aux bénéfices de Moderna et Pfizer en Europe: 85.000 millions d’euros après avoir investi entre 1.000 et 1.500 dans la fabrication des vaccins. Et ces profits sont sûrs, car les entreprises pharmaceutiques ont réussi à être exemptées de toute responsabilité pour les futures conséquences indésirables de la vaccination. En outre, ils ne sont pas non plus responsables des fausses déclarations faites en permanence dans les médias par leurs propres laquais sous couverture et par les dizaines de milliers de professionnels maladroits du politiquement correct qui répètent comme des perroquets la doctrine officielle.

Dans le passage de la documentation officielle à la diffusion médiatique, il y a un tel décalage, toujours en faveur des intérêts des élites, que finalement deux réalités parallèles sont créées. Et celle qui compte vraiment, celle qui obtient le consentement social (c’est de cela qu’il s’agit), c’est la « réalité » présentée dans les médias par des dizaines de milliers de professionnels qui ne lisent pas, qui n’étudient pas en profondeur les sujets qu’ils traitent, ou qui préfèrent ne pas le faire. Il s’agit d’une stratégie aussi ancienne que l’émergence des médias d' »information » de masse. En ce sens, dans le livre La hora de los grandes « filántropos » (L’heure des grands « philanthropes »), je recueille une anecdote juteuse. Il s’agit de l’un des enregistrements déclassifiés de conversations entre le président Richard Nixon et Henry Kissinger: « Le documentaire L’homme le plus dangereux d’Amérique comprend un enregistrement des mots avec lesquels le président Richard Nixon a ordonné le lancement d’une campagne médiatique pour faire tomber Daniel Ellsberg: Nous devons attraper ce fils de chienne. Le problème est que tous les bons avocats disent: Nous devons gagner cette affaire au tribunal. Au diable les tribunaux! Condamnons ce bâtard dans la presse. C’est comme ça que ça se passe ».

Le « succès » économique des grandes entreprises pharmaceutiques est extraordinaire. Mais le phénomène que je trouve le plus extraordinaire de tous est le processus par lequel ils ont réussi à imposer massivement leur propre vision des événements. Une vision qui, lorsqu’on l’analyse en profondeur, est vraiment insoutenable. C’est un phénomène absolument étonnant. Un phénomène qui peut être considéré comme la clé la plus importante pour comprendre comment des avantages économiques aussi énormes ont été obtenus et, en même temps, comme un succès étonnant en soi. Quelles sont donc les principales clés pour expliquer ce phénomène étonnant et presque incroyable d’avoir réussi à imposer si efficacement une version aussi incohérente, pauvre et plate des faits?

Oui, une doctrine officielle absolument fragile. Le montant exorbitant de ces profits devrait à lui seul suffire à ébranler une doctrine qui prétend mettre au centre de ses préoccupations le souci de la santé mondiale et non ce qui occupe réellement cette place centrale: la recherche malsaine de profits qui ne peuvent être considérés que comme scandaleux, voire criminels. Les bénéfices de ce qu’on appelle Big Pharma dépassent de loin ceux de toute autre industrie, y compris le complexe militaro-industriel. Quiconque, dans ses efforts pour comprendre ce qui nous arrive, néglige cet axe central ne parviendra pas à saisir la réalité et flottera dans un monde de naïfs et d’illusions.

La réalité n’est autre que celle-ci: une telle cupidité et une telle avarice chez des personnes aussi puissantes déforment et manipulent nécessairement tout, corrompent nécessairement tous les processus, utilisent nécessairement tous les moyens à leur disposition pour arriver à leurs fins, finissent nécessairement toujours par tomber dans la criminalité. La multitude de condamnations judiciaires reçues par les entreprises pharmaceutiques en est la preuve. Et aux livres, dont certains ont déjà été cités dans des articles précédents, sur les crimes des grandes entreprises pharmaceutiques, je pourrais maintenant ajouter celui qu’Ángeles Maestro recommande dans son interview, le qualifiant de paradigmatique: Remèdes mortels et crime organisé du prestigieux biologiste Peter C. Gotzsche. Quelle eau saine peut couler d’une source gravement contaminée? Peut-on cueillir de bons fruits d’un arbre toxique (Évangile de Matthieu 7, 17-20)? L’avenir nous réserve une lutte terrible pour la vérité, une lutte comme il n’y en a peut-être jamais eu auparavant. Combien de temps ces élites pourront-elles garder le silence sur des faits qui deviennent chaque jour plus évidents?

Dès le début, cette pandémie a été entachée de trop d’incohérences qui ne sont déchiffrables que lorsqu’il devient clair que tout visait à forcer une vaccination de masse, quels qu’en soient les résultats et les conséquences. De telles incohérences persistent à ce jour. Il arrive donc maintenant que, par exemple, certains d’entre nous qualifiés de négationnistes soyons ceux qui, curieusement, avertissent les vaccinés de ne pas être trop confiants, de faire attention, d’être conscients que les vaccinés infectent et sont infectés, d’éviter les agglomérations sociales inutiles… C’est comme si, une fois réalisée la vaccination, tant désirée par les gouvernements, la plupart des vaccinés ne se souciaient plus de rien d’autre. C’est une situation vraiment surréaliste. Et dangereuse. Mais, pas de problème… nous aurons recours à une troisième injection ! Dans un débat de ce type, il n’est même pas utile d’argumenter que les faits prouvent déjà l’inutilité, voire le danger, d’une mesure aussi extrême.

Je suis de plus en plus convaincu que l’une des clés les plus importantes, si ce n’est la plus importante, pour expliquer le formidable pouvoir avec lequel la doctrine la-vaccination-panacée-contre-la-pandémie a réussi à s’imposer se trouve dans ce que j’ai moi-même décrit en 2008 comme « la caste multitudinaire des propagandistes » dans le livre África, la madre ultrajada (Afrique, la mère outragée).

S’il est vrai, comme l’ont dit Martin Luther King, Albert Einstein et tant d’autres, que le silence de la grande masse des bons est le plus grand mal, plus grand encore que le mal de quelques mauvais sujets, alors ma conclusion est claire: pour convertir la doctrine officielle en une pensée unique, la petite élite formée par ceux qui savent a besoin de la caste des propagandistes. Ils sont le lien intermédiaire important et indispensable pour obtenir le silence de la grande masse des bons. Il y a ceux qui acceptent d’être achetés. Mais il y a aussi les autres : ceux qui ne s’écartent jamais du politiquement correct, du confortable consensus social. Ceux-ci sont bien dangereux, parce qu’ils sont une multitude, parce qu’ils finissent par croire qu’ils savent, parce que leur position privilégiée leur donne un sentiment de sécurité et d’autosuffisance, parce que les gens croient vraiment que ce sont eux qui savent, parce que comment ce que dix mille experts disent ne pourrait-il pas être vrai?

Je pourrais évoquer le travail dévastateur des grandes entreprises pharmaceutiques qui infiltrent et font lobbying sur les institutions et les organisations internationales jusqu’à ce qu’elles parviennent à des décisions et des réglementations contre lesquelles, par la suite, les États ne peuvent rien faire. Ou pourrais évoquer comment une certaine gestion de la pandémie a été imposée, avec l’interdiction et même la criminalisation des traitements précoces dont on commence à parler de l’efficacité, ou comment les personnes âgées ont été abandonnées à leur sort dans des maisons de retraite. Je pourrais citer tant d’autres de leurs nombreuses pratiques et activités innommables et mafieuses. Mais tout cela ne leur serait d’aucune utilité s’ils ne parvenaient pas à obtenir le consentement des sociétés.

En revanche, il est clair que s’ils ont à leur service un si grand nombre de propagandistes déguisés en experts et tant de milliers de professionnels qui s’autocensurent chaque jour pour s’accommoder à le script qu’on attend d’eux… c’est simplement parce que les propriétaires des grands médias sont précisément les mêmes que ceux des grandes entreprises pharmaceutiques. Ce deuxième fait à lui seul, après les profits scandaleux, suffirait pour mépriser systématiquement toute pression médiatique qui tenterait de nous amener à nous vacciner sans le moindre doute. Les soi-disant vaccins sont avant tout de puissants instruments d’enrichissement scandaleux, rapide et sans scrupules. De même, les médias de masse sont devenus, avant tout, de puissants instruments de contrôle de la pensée. Ángeles Maestro y fait également référence à la fin de son interview:

« Les propriétaires des grandes multinationales pharmaceutiques, les fonds Black Rock et Vanguard, qui sont les grands fonds d’investissement du monde, sont les plus grands propriétaires des multinationales pharmaceutiques et aussi les propriétaires des grands médias. Un journal qui se dit indépendant et de gauche comme El País et Cadena Ser sont depuis un an la propriété de Black Rock, qui a racheté la dette du groupe Prisa pour 1 milliard. Ils sont également actionnaires d’Antena 3, Tele 5 et La Sexta. En d’autres termes, c’est le monde dans lequel nous vivons. »

Mais il est certain qu’aujourd’hui, je n’aurais pas pu arriver aux conclusions auxquelles je suis parvenu si je n’avais pas vécu auparavant des situations très similaires. Des situations dans lesquelles, de manière absolument surprenante, presque incroyable, un mensonge grossier et énorme a été massivement imposé. La quasi-unanimité de tous les médias anglo-saxons autour du mensonge des armes de destruction massive de Saddam Hussein est bien connue. Bien que dans ce cas, il y ait eu au moins quelques réactions internationales, notamment les grandes manifestations en Catalogne. Mais l’immense farce internationale dans laquelle l’existence au Zaïre de centaines de milliers de réfugiés hutus rwandais systématiquement éliminés était directement niée, m’a ouvert les yeux pour toujours sur le pouvoir dévastateur d’une propagande perverse que, dans ma naïveté, je ne croyais plus possible en Occident après l’ère de Joseph Goebbels.

Alors que je jeûnais à Bruxelles pendant 42 jours pour dénoncer un tel carnage, tandis que je rencontrais face à face des personnes (missionnaires, travailleurs humanitaires, Rwandais) qui venaient d’échapper à ces terribles massacres et que je recevais un soutien aussi important que celui d’une vingtaine de prix Nobel et des groupes politiques du Parlement européen, j’ai été choqué par la réponse de personnes très proches de moi: « Je m’en remets aux experts et ils disent qu’il n’y a plus de réfugiés rwandais au Zaïre ». Lorsqu’on leur demandait qui étaient ces experts, la réponse était toujours la même: les professionnels de Le Monde, El País, etc.

Curieusement, c’est la même réponse que je reçois aujourd’hui, de la part de personnes tout aussi proches de moi, lorsque j’essaie de les alerter sur le fait que dans des pays qui ont des mois d’avance sur nous dans le processus de vaccination, comme Israël, la quasi-totalité des personnes hospitalisées et admises aux soins intensifs sont vaccinées. Ou qu’ici, à Majorque, six maisons de retraite ont déjà été intervenues par le gouvernement et que le nombre le plus élevé d’infections se trouve dans les maisons où la troisième dose du vaccin a déjà été administrée. En 2008, dans l’introduction du livre África, la madre ultrajada, j’ai dû consacrer une section spéciale à ce que j’ai appelé « La caste des propagandistes »:

« Emma Bonino, affrontant la quasi-totalité de l’establishment, et emportant avec elle toutes les caméras de télévision qui lui tombaient sous la main, s’est envolée au plus profond du Zaïre. À côté de la piste de terre de Tingi Tingi, elle a trouvé une énorme masse de centaines de milliers de réfugiés qui avaient été pratiquement condamnés. Elle a tellement mis à nu les puissants imposteurs qui s’acharnaient à nier l’existence de ces centaines de milliers d’êtres humains maudits et ‘sacrifiables’ que, quelques heures plus tard, ils s’excusaient eux-mêmes. ‘Nos satellites, se sont-ils excusés depuis le Pentagone, n’étaient pas correctement orientés’.

‘Je suis revenue de l’enfer’, a dénoncé la commissaire à Bruxelles à son retour. Malgré tout cela, la dure réalité est que le monde n’a pas réagi. Trop d’intérêts en jeu, trop d’indifférence de notre part, trop de propagandistes vendus à la doctrine officielle ou simplement dociles et conformes au politiquement correct, il était déjà très difficile de contrer la propagande qui criminalisait les réfugiés malmenés et les rendait ‘éliminables’.

En novembre 2008, lassé que la communauté internationale ait toléré une nouvelle attaque rwandaise contre le Congo par l’intermédiaire du prétendu ‘rebelle’ Laurent Nkunda, lassé que tant de propagandistes aient continué à semer la confusion dans l’opinion publique après plus d’une décennie de ces attaques incessantes, j’ai écrit un article dans lequel je les évoquais:

[…] pour la convertir [la doctrine officielle] en une pensée unique, [l’élite formée par ceux qui savent] a besoin de la caste des propagandistes. Ils sont le lien intermédiaire important et indispensable pour parvenir au silence de la grande masse des bons. Le silence qui, pour Martin Luther King, Albert Einstein et tant d’autres, est le plus grand des maux. Plus grand encore que le mal de la poignée de personnes qui comptent. Les propagandistes font partie des élites de la politique, de la diplomatie, de l’information, des droits de l’homme, de la culture… […]. L’information est si puissante que rien qu’en supposant qu’elle existe, les gens sont déjà prédisposés et soumis. ‘Ils l’ont dit à la télévision’, ‘c’est dans El País‘… L’important n’est pas le message mais l’autorité qu’ils accordent au messager. Ces élites sont celles qui prennent les décisions, qui créent l’opinion. Il y a beaucoup de bons et même d’extraordinaires professionnels en leur sein, mais malheureusement il y a aussi des propagandistes, beaucoup, beaucoup trop.

Dans la période qui a précédé et suivi la rencontre historique et inoubliable des trois mégalomanes aux Açores, une chose m’a beaucoup impressionné: l’incapacité de toute une élite étatsunienne à prendre la moindre distance critique par rapport à la version officielle, artificiellement fabriquée et massivement imposée à la grande masse sociale de ce pays. L’incapacité de tant de politiciens et de diplomates expérimentés, de pratiquement tous les grands médias, de tant d’analystes de premier plan, de tant de soi-disant experts, à exercer la critique la plus élémentaire était vraiment scandaleuse.

L’énorme pression sociale et émotionnelle, la censure du sommet du pouvoir politique et économique, l’autocensure quotidienne et bien d’autres facteurs similaires ont été capables de produire ce qui, à première vue, semble impensable et un peu ‘paranoïaque’: le consensus pratiquement général sur une thèse basée sur un tas de mensonges grossiers et imprésentables. De mon point de vue, que je développe depuis quinze ans en me consacrant presque exclusivement à ce conflit, je crois que c’est exactement ce qui se passe actuellement dans cette vaste région africaine. Bien qu’aujourd’hui, ce ne sont pas seulement les étatsuniens mais nous tous, européens, qui sommes manipulés par une propagande implacable et efficace.

Il existe deux catégories de propagandistes. Il y a ceux qui acceptent d’être achetés. Mais il y a aussi les autres: ceux qui ne sortent jamais du politiquement correct, du confortable consensus social. Ceux-là sont dangereux, parce qu’ils sont une multitude, parce qu’ils pensent savoir, parce que leur position privilégiée leur donne un sentiment de sécurité et d’autosuffisance, parce que les gens croient vraiment que ce sont eux qui savent, parce que comment ce que dix mille experts disent ne pourrait-il pas être vrai? Ils constituent une sous-caste spéciale au sein de la caste de ceux qui savent, même s’ils ne savent pas vraiment quelque chose. Et ils sont bon marché pour les promoteurs de la version officielle. Ils travaillent pour eux sans même être conscients qu’ils font partie de leur masse salariale. Dans aucun autre conflit, peut-être, autant d’entre eux ne sont tombés dans les filets d’une propagande intelligente que dans celui-ci.

Ils sont spécialisés sur une répétition comme un perroque des directives des grandes agences. Ils sont experts dans l’art de sélectionner, copier et coller. Ce sont ceux qui, parfois, afin de prouver qu’ils sont des journalistes d’investigation, ajoutent quelque chose de leur propre récolte. Toujours dans le cadre du politiquement correct. Ou même en étant plus papiste que le Pape: en faisant l’éloge des agresseurs criminels. Ça a l’air bien. Comme John Carlin l’a dit de Kagame: ‘Il est d’une générosité que Jésus-Christ lui-même n’aurait pas pu imaginer’. Ce même Kagame que, pourtant, ceux qui font vraiment l’effort de connaître, qualifient comme ‘le plus grand criminel actif’. Ou d’achever les victimes. Tout comme d’autres éminents journalistes internationaux. Car la doctrine officielle dit que ces victimes sont les coupables, ou du moins les co-responsables. Mais il vaut mieux ne pas toucher aux autres coresponsables, les protégés des grands de notre monde. Ces experts ont des pages et des pages dans les médias les plus importants… Comme c’est curieux. Certains ont passé des jours, voire des semaines, ‘sur le terrain’ et sont déjà incontestables. D’autres ont même reçu des prix pour leur magnifique travail professionnel. Mais ils ne se rendent pas compte que, comme le dit le collectif SOS-Ruanda-Burundi: ‘Ils sont devenus des distributeurs ordinaires d’un mensonge aussi nocif que la pire des drogues’. J’en ai rencontré beaucoup au fil des ans. Bien qu’ils soient en voie de disparition depuis un certain temps maintenant.

Le fait est que, comme le racontent Umutesi et tant d’autres protagonistes directs de cette histoire, la grande majorité de leurs compagnons réfugiés, qui étaient si ‘bien aidés’, sont en fait morts dans les semaines qui ont suivi: des dizaines de milliers d’entre eux ont été chassés par les assassins de l’EPR avec l’aide du HCR. C’est pourquoi ces mots durs ne sont pas fortuits et constituent la conclusion de cette introduction. Ils se veulent une voix de plus, une mise en garde contre l’un des plus grands dangers pour la vérité, la justice et la paix aujourd’hui: le positionnement stratégique dans les grands médias progressistes, ainsi que dans les grandes ONG, d’experts utilisés pour façonner l’opinion publique sur le conflit dans la région des Grands Lacs en Afrique. Pour façonner, en particulier, l’opinion des secteurs politiques et sociaux qui pourraient réagir à de telles barbaries: les gens de gauche. Certains de ces experts sont simplement des professionnels bien établis qui jouent toujours la carte du ‘politiquement correct’. Mais d’autres, une petite minorité très influente, se sont en fait laissés convaincre par ceux qui, au plus haut niveau, tirent les ficelles de cette propagande. Certains ont été subtilement mais efficacement séduits et attirés; d’autres ont été directement achetés.

L’obstination de ces derniers, bien qu’ils deviennent chaque jour plus évidents, et l’incapacité des diffuseurs à reconnaître qu’ils ont été trompés, sont des inerties importantes dans ce grand mensonge qui, comme une locomotive sans freins, s’avère si difficile à arrêter. Cette nouvelle forme de manipulation de l’opinion publique par les experts et les ONG s’ajoute désormais à la forme classique: celle qui agissait par le biais des analystes supposés spécialisés des médias. Tous deux sont aujourd’hui les principaux faiseurs d’opinion. À cet égard, il est très révélateur que Roger Winter, l’ancien président d’InterAction, une grande plate-forme d’ONG des États-Unis, ait été en même temps l’homme clé du Pentagone pour la conquête du Rwanda et du Zaïre. Et qu’il le fait maintenant au Darfour. Pour le bien de la communauté des ONG, dont le travail est si important pour notre monde, je crois que ceux qui utilisent le prestige de la communauté des ONG et nuisent gravement à sa crédibilité doivent être dénoncés sans corporatisme malsain. »

facebook
Twitter
Follow