Le samedi 8 février, deux jours avant la mort de Diana Garrigosa (qui vivait avec son mari Pasqual Maragall en arrière des archives Joan Maragall), mon épouse Susana, Joan Casòliva et moi-même avons visité la maison-musée où vivait le grand poète catalan, le grand-père de Pasqual, ancien président de la Generalitat. C’était une invitation spéciale de Pere, le frère cadet de Pasqual. Avec sa femme Nuria, nous avons passé des heures merveilleuses. À ce moment-là, Pere, conscient du fait que j’étais le troisième objecteur de conscience espagnol (sans compter les Témoins de Jéhovah), nous a vivement recommandé de ne pas arrêter de regarder le film Une vie cachée et nous a expliqué succinctement l’intrigue : l’histoire impressionnante de l’objecteur de conscience autrichien Franz Jägerstätter, qui a refusé de se battre pour les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale et a finalement été exécuté par eux en 1943 ; mais en 2007, Franz a été déclaré martyr et béatifié par l’Église. Nous avons donc fait de la place dans notre agenda et le dimanche suivant, nous sommes allés à Palma… au cinéma, comme nous l’avions fait des années auparavant.

Ce film extraordinaire de Terrence Malick illustre (comme je l’ai rarement vu dans le monde de la littérature ou du cinéma) ce que j’appelle dans mon livre Les cinq principes supérieurs le cinquième et le plus élevé de ces cinq principes : la fidélité gratuite et « inefficace » à ce que le Mahatma Gandhi appelait la douce voix intérieure. Ou en d’autres termes moins mystiques : la dignité. Ou en d’autres termes, plus facile à comprendre pour beaucoup de gens : toujours faire ce qu’il faut, quelles qu’en soient les conséquences. Très peu de gens aujourd’hui comprennent la grande puissance de cette loi supérieure, tout comme presque personne ne comprenait à l’époque la grandeur de la position « ridicule » de Franz et son obstination « absurde ». Il suffisait de mettre sa signature sous un texte qui promettait la loyauté à Adolf Hitler pour pouvoir continuer à agir, depuis un hôpital, par exemple (comme cela avait été proposé), d’une manière possibiliste et « réaliste » (« pragmatique », comme le disent aujourd’hui certains indépendantistes catalans) contre le nazisme qui dominait en Autriche. De manière « pragmatique », comme le disent aujourd’hui certains indépendantistes catalans. Maintenant que même les politiciens du Parti Socialiste de Catalogne (qui se considéraient auparavant comme des autonomistes ou des fédéralistes) sont résolument engagés pour l’indépendance. Comme ce serait sûrement le cas de l’ancien président Pasqual Maragall (un autre digne leader qui a également été abandonné par les siens, le PSOE, à un moment critique), s’il ne souffrait pas de la maladie d’Alzheimer.

La lutte intérieure dramatique de Franz et de sa femme Fani, ainsi que l’immense solitude qu’ils ont vécue, rejetés par tous, sont traitées de main de maître. Les positions prises tant par le prêtre « prudent » de leur village catholique de 500 habitants maximum, Sankt Radegund, dans les spectaculaires Alpes autrichiennes, que par l’évêque catholique de Salzbourg, que l’on pourrait presque qualifier de collaborationniste, auxquels un Franz angoissé a demandé conseil, sont pour moi l’un des moments les plus révélateurs du film. Beaucoup d’entre nous se décrivent comme des chrétiens et croient que nous comprenons parfaitement tout ce que Jésus-Christ a vécu. Mais, en réalité, nous répétons les mêmes comportements que ceux qui l’ont laissé seul au moment décisif.

Sûrement, face aux raisons lâches de l’évêque, Jésus aurait réagi avec la même dureté que celle qu’il a montrée à Pierre, lorsqu’il n’a pas compris que le maître devait être fidèle à sa tragique mission : « Retire-toi de moi, Satan. Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes » (Evangile de Matthieu 16:23). Le film se termine par une citation qui coïncide parfaitement avec ce que je catalogue comme le premier principe supérieur : tout est profondément lié. La citation est de George Eliot, pseudonyme de Mary Ann Evans : « que le bien continue à croître dans le monde dépend en partie des actions […] de ceux qui ont vécu fidèlement une vie cachée et qui reposent dans des tombes que personne ne visite ».

Ainsi, le dimanche 16, au cinéma, nous étions plongés dans une réalité qui, ainsi que la réalité de l’Evangile, nous interroge et exige un positionnement.  Mais le lendemain, lundi 17, la réalité quotidienne n’en était pas moins : Kizito Mihigo, le musicien le plus connu du Rwanda, avait été assassiné en prison. Des prisons et des camps d’extermination nazis, avec leurs millions de victimes innocentes, nous sommes passés brusquement aux grands crimes du monstre Paul Kagame aujourd’hui, avec des millions de victimes également. La différence, la douloureuse différence, est que notre monde sait déjà très bien qui était Adolf Hitler et ce qu’il a fait, mais Paul Kagame jouit toujours des mêmes nombreuses complicités et soumissions que le monstre nazi avait autrefois. Les fréquents et grands honneurs que ce monstre, qui n’a rien à envier en termes de perversion, continue de recevoir en Occident, crient au ciel. La prochaine reconnaissance de ses parrains anglo-saxons aura lieu en juin : la prochaine réunion des 53 présidents du Commonwealth aura lieu au Rwanda et Paul Kagame sera président pour les deux prochaines années.

Le lundi 17, le monstre a franchi une nouvelle étape dans son délire. Le grand crime commis par Kizito Mihigo: une chanson de prière pour toutes les victimes (Hutus et Tutsis). Avec lequel il a remis en question le cœur du grand mensonge qui soutient cette dictature infernale : au Rwanda, il y a des victimes, les Tutsis, et des génocidaires, les Hutus. Et avec les images encore fraîches du film, dans lesquelles la solitude de Franz me blesse profondément, l’une des premières sensations qui m’est venue, après avoir entendu la nouvelle du meurtre de Kizito Mihigo, a été celle-ci : Quelle tristesse qu’en mars 2017, le pape François ait demandé pardon pour le génocide des Tutsis au principal responsable, Paul Kagame, étayant le grand mensonge officiel déjà ébranlé qui le soutient et perpétuant ainsi son impunité et ses crimes ! Quel dommage que les successeurs de Pierre (qui a fini par donner sa vie si généreusement) soient toujours en retard ! Puisse le Christ ressuscité nous rencontrer un jour, nous séduire par sa lumière et nous retourner vers les victimes ! Comme il est allé à la rencontre de Pierre sur la Via Appia, en marchant vers Rome, alors que Pierre s’enfuyait, comme il l’avait fait auparavant à Jérusalem. Puissions-nous, comme Pierre, oser lui demander: « Quo vadis, Domine (Où vas-tu, Seigneur) ? Puissions-nous l’écouter quand il nous réponde : « A Rome, la ville que tu quittes, pour me faire crucifier à nouveau » ! Puisse-t-il nous fournir la décision et la force de le suivre !

Je continue à prier Dieu de démasquer l’environnement qui a trompé le pape François et de lui faire comprendre que ce qui s’est passé dans le Chili de Victor Jara et dans l’Argentine de Jorge Cafrune se passe maintenant au Rwanda et au Congo. Kizito Mihigo était originaire de Kibeho. Au printemps 1994, sa famille y a été décimée par les extrémistes hutus. Mais en avril 1995, Paul Kagame y a commis des atrocités encore plus graves: en quelques jours, il a assassiné quelque 8.000 civils hutus devant les casques bleus imperturbables qui étaient censés garder le camp de personnes déplacées sous le drapeau des Nations unies. Le carnage était similaire à celui de Srebrenica, mais totalement silencieux.

Victor Jara a eu les doigts cassés et la langue coupée, mais sa voix noble et les beaux accords que ses doigts ont dégagés de ses cordes de guitare résonnent encore à jamais dans l’univers. Jorge Cafrune a scellé sa condamnation à mort lorsque, au festival de Cosquín en janvier 1978, il a désobéi aux règles de la dictature et chanté Zamba de mi esperanza, interdite. C’était sa dernière intervention. Peu de temps après, il a été écrasé par un camion alors qu’il participait à une marche en hommage au libérateur de l’Argentine, du Chili et du Pérou, le général San Martín. Chevauchant maintenant pour toujours dans les espaces infinis, sa voix profonde ne cessera jamais de résonner dans nos cœurs. Ils semblaient être les perdants. Cependant, tous les meurtriers des uns et des autres ont maintenant disparu de la scène, dans le plus grand déshonneur. Et l’espoir, qui ne mourra jamais, continue à inspirer de nouveaux héros comme Kizito Mihigo.

Une photo qui circule actuellement sur Internet montre le corps de Kizito « suicidé », qui « s’est pendu avec les draps dans sa cellule »: ses bras attachés derrière le dos à hauteur des coudes et sa cage thoracique fendue de haut en bas. C’est l’akandoyi, l’ancienne et terrible méthode des Inkotanyi (la caste guerrière de l’aristocratie minoritaire tutsie) pour assassiner la plèbe hutue. La méthode cruelle dont seul le nom les terrifie : les bras attachés derrière le dos et le ventre bien exposé, les coups de houe, agafuni, divisent la cage thoracique en deux (comme on coupe le bétail en le dépeçant). Tout comme le nom Inkotanyi les terrifie. Nous, les « cultes » occidentaux, ignorons tout cela, nos magnifiques grands médias n’en parlent pas. Mais l’état du corps de Kizito est un message, un avertissement, c’est la signature de l’Inkotanyi. C’est pourquoi nous n’avons jamais compris non plus que sans la terreur du retour de l’ancien asservissement que les guerriers du FPR-Inkotanyi imposeraient après leur avancée par le sang et le feu, le génocide des Tutsis au printemps 1994 n’aurait jamais eu lieu.

Les dirigeants criminels qui dominent le Rwanda depuis juillet 1994 sont spécialistes dans la fabrication de ce genre de « messages » de domination par la terreur destinés exclusivement à la consommation intérieure rwandaise, alors que sur la scène internationale ils parviennent à imposer leurs répugnants mensonges grâce aux médias et au pouvoir politique de leurs grands parrains. Ainsi, par exemple, depuis l’intérieur, ils se vantent d’avoir “descendu” Ikinani, le surnom que les gens du FPR ont donné à celui qui était le « père du pays » pour la plupart des Rwandais, le président Juvénal Habyarimana. Entre-temps, ils ont fait savoir que le double assassinat qui a déclenché le génocide le 6 avril 1994 était l’œuvre du noyau dur de l’entourage du président lui-même. Avec la violence et la cruauté, le mensonge et la manipulation sont des valeurs fondamentales pour ces personnes. C’est la culture ancestrale de l’ubwenge de la caste féodale et maintenant dans la direction criminelle du FPR, le culte du mensonge et de la manipulation que Pierre Péan a osé exposer. Et, bien sûr, de nombreux Rwandais, en débutant en 1958 avec le prêtre tutsi Stanislas Bushayija. Alors que tant de gens dans notre monde sont sceptiques quant à la force de la vérité (le quatrième principe supérieur), l’ahimsa tellement prêchée par le mahatma Gandhi, les Inkotanyi et leurs parrains internationaux sont bien conscients que la vérité et le mensonge sont des forces très puissantes.

De puissants parrains anglo-saxons ont sponsorisé les grands criminels du Plan Condor, qui a renversé les sociétés latino-américaines et imposé le néo-libéralisme le plus dur. Aujourd’hui, ce sont leurs successeurs qui parrainent Paul Kagame depuis trois décennies. Kagame a non seulement décapité la société rwandaise des dirigeants (politiques, sociaux, religieux, intellectuels) mais a également anéanti un pourcentage incroyable de la population rwandaise et congolaise totale, en procédant au pillage systématique des ressources naturelles précieuses et stratégiques du Congo. C’est ce qu’ils appellent aujourd’hui la responsabilité de protéger les peuples opprimés. Il semble que ces derniers temps, les sages et les érudits qui siègent dans les médias décrivent souvent comme hyper-ventilés ceux qui mettent de la passion contre des choses comme le mensonge, l’injustice ou la souffrance des plus démunis. Pour certains d’entre nous, c’est sans espoir, car nous essayons de suivre les traces d’un homme super-ventilé qui a crié à haute voix des qualificatifs tels que « race de vipères » ou « sépulcres blanchis à l’extérieur mais pleins de charogne ».

Déjà en 1973, le ministre López Rega, créateur du groupe terroriste Triple A, savait le voir: « Cafrune est plus dangereux avec une guitare qu’une armée avec des armes ». Le sadique mais lâche Paul Kagame avait également peur de Kizito Mihigo. Dans son aveuglement total, il pensera qu’il en a fini avec lui. Mais il a tort. C’est Kizito Mihigo et beaucoup d’autres personnes courageuses qui en ont déjà fini avec lui. Ses jours sont comptés. Et je ne voudrais pas être à sa place quand son heure viendra. Une heure qui se rapproche chaque jour un peu plus. Nos amis rwandais ne doivent pas l’oublier. Le monstre a interdit et voulu effacer de la surface de la terre le chant de prière de Kizito The Meaning of Death. Et il avait des raisons de le faire parce que les mots ne vont pas plus loin qu’ils ne peuvent aller, mais le chant de prière du nouveau martyr touche les cœurs qui s’y ouvrent.

facebook
Twitter
Follow