En une semaine seulement, j’ai appris le décès de deux autres femmes après leur vaccination. C’étaient des connaissances d’amies à nous. Elles font partie du petit cercle de personnes avec lesquelles nous sommes en contact. Ils ne sont donc qu’un infime échantillon de ce qui doit se passer à l’échelle mondiale. Les personnes décédées ou ayant subi des effets indésirables graves à la suite d’une vaccination doivent se compter par centaines de milliers. La deuxième personne décédée, âgée de 28 ans, sans maladie connue, est morte seulement quelques heures après avoir été vaccinée. Elle était employée de maison. Son employeuse, totalement conditionnée par la propagande biaisée, fanatique et dangereuse des médias de masse, avait exigé qu’elle soit vaccinée si elle voulait continuer à travailler pour elle. Bien sûr, vous ne lirez rien de tout cela dans les journaux. Et encore moins le voir à la télévision. Les citoyens sont donc systématiquement privés des informations qui sont absolument nécessaires pour décider de se faire vacciner ou non.

La dernière mode est de nous montrer des négationnistes admis aux unités de soins intensifs. Au contraire, il n’existe pas de personnes décédées ou ayant subi des effets indésirables graves après une vaccination. Dans l’Olympe de notre monde globalisé, les dieux ont décidé que leur nombre est si insignifiant qu’il ne faut pas perdre de temps avec les statistiques. Il donne à réfléchir qu’en Israël, le pays qui a atteint un taux de vaccination beaucoup plus élevé dans la période la plus courte que n’importe quel autre pays du monde, un comité non gouvernemental a dû être mis en place pour enquêter sur le taux très élevé de décès et d’effets indésirables graves après la vaccination. Un taux très élevé que le gouvernement israélien, la société pharmaceutique Pfizer et les médias dissimulent systématiquement. Malgré cela, et malgré ses moyens et son champ d’investigation limités, ce comité a pu confirmer des milliers de cas de mortalité ou d’effets indésirables graves.

Et que dire du silence des agences de régulation ? Hier encore, un article publié sur la page de Robert F. Kennedy Jr., consacrée à la défense de la santé des enfants, titrait: « Nous n’avons jamais vu de lésions dues aux vaccins de cette ampleur – Pourquoi les organismes de réglementation cachent-ils les signaux de sécurité du vaccin COVID? ». Et sous le titre, il y avait ce texte sélectionné: « En moins d’un an, plus de 500 000 lésions post-vaccins COVID ont été signalées au VAERS […] et pourtant les organismes de réglementation restent silencieux ». De son côté, l’association Doctors for Covid Ethics a publié le 1er août une déclaration intitulée « Les ‘vaccins’ à base de gènes tuent des gens. Les gouvernements du monde entier mentent aux gens, aux populations qu’ils sont censés servir ». Dans ce document, après avoir additionné les chiffres publiés par les différents organismes officiels (EudraVigilance, MHRA et VAERS), il conclut:

« TOTAL pour l’UE/le Royaume-Uni/les États-Unis: 34 052 décès liés à l’injection de Covid-19 et plus de 5,46 millions de lésions signalées au 1er août 2021.

Commentaire: Il est important de savoir que les chiffres officiels ci-dessus (rapportés aux autorités sanitaires) ne représentent qu’un faible pourcentage des chiffres réels. En outre, des personnes continuent de mourir (et de subir des lésions) à la suite d’injections chaque jour qui passe.

Il convient de noter que les chiffres officiels sont évidemment plus élevés au moment de la rédaction du présent document (1er août 2021) qu’aux dates limites indiquées ci-dessus, à savoir le 21 juillet 2021 (Royaume-Uni), le 23 juillet 2021 (États-Unis) et le 31 juillet 2021 (UE/EEE/Suisse).

Cette situation catastrophique n’a pas été rapportée dans les médias grand public, bien que les chiffres officiels ci-dessus soient du domaine public.

Le signal de danger est maintenant indiscutablement écrasant et, conformément aux normes éthiques universellement acceptées pour les essais cliniques, Doctors for Covid Ethics exige que le programme du vaccin ‘Covid’ soit arrêté immédiatement.

La poursuite du programme, sachant les graves préjudices et les décès qui surviennent tant chez les adultes que chez les enfants, constitue un crime contre l’humanité/génocide dont les responsables ou les complices seront tenus personnellement responsables. »

Ainsi, il semble que dans tout l’Occident, le nombre de ravages causés par le vaccin soit scandaleusement minimisé tandis que le nombre de victimes de la pandémie est exagérément gonflé (ce dernier point serait en soi un sujet pour un autre article). Une telle homogénéité d’action est surprenante. Une homogénéité qui ne semble possible que « grâce » à une coordination centralisée plus ou moins tolérée ou acceptée volontairement par les élites des différents pays occidentaux.

Si quelqu’un dénonçait le décès d’un membre de sa famille après une vaccination, ce serait la pire des nouvelles pour tous ces négationnistes institutionnels et politiquement corrects qui traitent de négationniste quiconque est conscient de la complexité de cet événement pandémique dont souffre l’humanité. Une complexité que ces personnes s’obstinent à résumer par des déclarations réductrices, tendancieuses et insoutenables. Que quelqu’un fasse ce premier pas qui pourrait déclencher une cascade de dénonciations ultérieures serait la pire des nouvelles pour tous ceux qui recourent à l’étiquette calomnieuse de « négationniste », avec une légèreté même passible de sanctions, alors qu’ils imposent eux-mêmes comme vérité totale et absolue ce qui n’est qu’une partie de la vérité. La sagesse conventionnelle veut que les pires mensonges soient des demi-vérités.

Nous savons que, grâce à la collaboration criminelle des institutions politiques supranationales, les entreprises pharmaceutiques les plus puissantes et les plus corrompues prétendent jouir d’une impunité juridique absolue pour leurs responsabilités dans la mort ou les effets indésirables de millions de personnes injectées. Les forces et les pressions de toutes sortes déployées pour obtenir cette impunité ont été aussi impressionnantes et inconnues que celles qu’ils ont également déployées pour obtenir un contrôle quasi absolu de l’information, contrôle dont ils jouissent déjà. Il ne sera donc pas facile de dénoncer le décès d’un membre de la famille.

Ce ne sera pas facile, et pas seulement sur le plan juridique: nos propres résistances internes dues à une pression sociale écrasante et omniprésente ou nos propres faiblesses sont trop fortes. Si fortes qu’elles peuvent même nous bloquer au point de ne pas vouloir voir de lien entre la vaccination et le décès quelques heures ou jours plus tard. Mais c’est avec courage que les progrès ont toujours été réalisés dans l’histoire. La dernière preuve en est la récente démission du puissant gouverneur de New York, Andrew Cuomo. En décembre 2020, une ancienne conseillère du gouverneur a été la première à dénoncer publiquement qu’il l’avait harcelée sexuellement pendant des années. L’action de cette première dénonciatrice a été suivie par plus d’une douzaine d’autres. Les Madres de la Plaza de Mayo n’avaient aucun moyen légal de dénoncer la disparition de leurs enfants face à la dictature argentine, mais elles ont su trouver des moyens alternatifs pour dénoncer la disparition.

Tout au long de l’histoire, les prétendues immunités des élites corrompues se sont effondrées comme des châteaux de sable sous l’impact d’une grande vague. En tout état de cause, la responsabilité des politiciens qui ont accordé aux grandes entreprises pharmaceutiques un tel statut d’immunité impunie est indéniable. Ce serait une grande réussite si des politiciens comme Emmanuel Macron ou Mario Draghi, qui sont de véritables laquais de ces sombres intérêts mondialistes, commençaient à se rendre compte que les décisions qu’ils ont si allègrement prises en matière de vaccination obligatoire pourraient être beaucoup plus coûteuses qu’ils ne l’ont jamais imaginé. Qu’ils doivent commencer à craindre l’avenir qui les attend peut-être à cause de la désinvolture avec laquelle ils ont osé imposer la vaccination obligatoire.

Une vaccination qui est beaucoup plus dangereuse qu’on ne nous le dit (en raison de ses effets indésirables fréquents et graves); qui ne va pas obtenir les résultats « extraordinaires » (fantaisistes) qu’on nous annonce; et qui même, comme le signalent déjà des voix hautement autorisées, commence à montrer non seulement son inefficacité à moyen terme mais même la potentialisation de la pandémie. C’est à ce point que la réalité semble impressionnante. Des dizaines de milliers de décès et d’effets indésirables graves causés par la vaccination ont été étouffés sous la « noble » excuse qu’il fallait le faire pour éviter que la population ne remette en question le bénéfice incomparablement plus grand de la vaccination de masse et refuse de se faire injecter. Mais il s’avère maintenant que le fondement de cet argument, avec lequel ils ont décidé pour nous tous, ne semble pas être vrai non plus.

Et bien que la « nouvelle » que la vaccination de masse n’est pas la panacée universelle promise serait un sujet entier pour un autre article, la phrase qui résume brièvement ma perception de cette situation catastrophique pourrait être formulée comme suit: Ce qui se passe n’est possible que « grâce » aux intérêts énormes et pervers (économiques ou autres) qui se cachent derrière la campagne de vaccination de masse et n’est compréhensible que si l’on est conscient que ce sont ces intérêts qui déterminent tout. Mais maintenant, la question qui m’importe est la suivante : combien de temps pourront-ils faire taire la réalité des faits et la multitude de voix autorisées, telles que celles du Dr Robert Malone, créateur de la technique essentielle des vaccins à ARN (lipofection à ARNm) et qui a consacré toute sa vie aux vaccins ? Avec son autorité scientifique et morale, il vient de clamer:

Arrêtez la vaccination, les tests de charge virale dans le sang sont en fait plus élevés chez les vaccinés que chez les non-vaccinés, le vaccin fait que ce virus devient plus infectieux qu’il ne le serait en l’absence de vaccination, c’est le pire cauchemar des vaccinologues, cela s’est déjà produit avec d’autres virus, et cela s’est produit avec pratiquement tous les programmes de développement de vaccins contre le coronavirus, et c’est ce que les vaccinologues comme moi ont mis en garde depuis le début de cette campagne de vaccination précipitée, cette vaccination fait que le virus se réplique plus efficacement, nous sommes dans le pire des scénarios, nous devons arrêter la campagne de vaccination, nous devons faire demi-tour pour accélérer autant que possible les traitements pharmacologiques qui ont été pour la plupart bloqués et supprimés…

Il est probable qu’une fois de plus, l’imposant château que les élites mondialistes croient avoir construit est aussi fragile qu’un simple décor. Et peut-être s’effondrera-t-il, bien plus tôt qu’ils ne le pensent, au premier vent un peu fort qui soufflera contre lui. Comme le proclame la citation parfois attribuée à Abraham Lincoln et parfois à John Fitzgerald Kennedy, « On peut tromper une partie du peuple tout le temps, et on peut tromper tout le peuple pendant un certain temps. Mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps ». La dernière section de l’article susmentionné sur le site web de Robert F. Kennedy, Jr. s’intitule précisément « The Implosion of the Security Narrative ». On y lit:

« Au fur et à mesure que les blessures causées par les vaccins COVID se produisent à une échelle sans précédent –et que des médecins et des scientifiques crédibles lancent des avertissements urgents sur les effets néfastes à court et à long terme– il pourrait devenir de plus en plus difficile pour l’industrie du vaccin de dissimuler ses problèmes sous le tapis statistique.

[…] sans le soutien des médias corporatifs, de nombreux individus et organisations dénoncent les fonctionnaires sans éthique et les dirigeants d’entreprise qui profitent de la situation.

Ils reconnaissent, comme l’a récemment noté l’organisation à but non lucratif Stand for Health Freedom, que la question des données n’est pas sans importance: ‘La pandémie de COVID est déterminée par les données’, et les données sont à l’origine de politiques qui ‘modifient la structure de notre société’. »

Je termine par quelques réflexions sur la nécessité d’une telle résistance à la tromperie. J’ai parfois entendu dans les médias la question de savoir si la pandémie allait nous rendre meilleurs, plus solidaires, plus sages. C’est un débat très intéressant. Mais il a toujours été fait du point de vue politiquement correct sur tout ce qui concerne la pandémie. Surtout à partir de la vérité incontestable que la vaccination de masse est la seule solution. Je le présenterais d’un point de vue différent : S’il devient impossible de taire certains faits, si les événements se déchaînent enfin, si l’humanité parvient à découvrir à quel point quelques petites élites sont capables de devenir perverses dans leur quête d’enrichissement, de contrôle de la pensée et de domination du monde… nous pourrions être face à une grande catharsis, à un tournant historique.

Le vaccin rend le coronavirus plus dangereux - Dr. Robert Malone dans War Room Pandemic (29.07.2021)
facebook
Twitter
Follow