C’est ainsi que je vois les sociétés occidentales à ce moment critique. Toutes les contradictions et les erreurs dans lesquelles nous sommes tombés au fil des décennies, au point d’aboutir à tant d’individualisme et de narcissisme chez trop de jeunes, et de moins jeunes, qui sont non seulement incapables de la discipline la plus élémentaire, mais qui vont jusqu’à confronter quiconque est nécessaire au cri de « Liberté! »; toutes les décisions criminelles et toute la désinformation dont sont responsables les élites qui contrôlent réellement les événements pour le moment; toute la lâcheté et la soumission dont sont responsables un trop grand nombre de ceux qui constituent la grande masse sociale… semblent s’être réunies en cette heure critique. Une heure historique totalement conditionnée par la pandémie. Une heure qu’il y a dix ans, j’ai essayé de définir comme L’heure des grands « philanthropes ».

S’il y a un point de départ, c’est certainement la question du contrôle des médias d' »information » de masse. Ils deviennent de plus en plus une sorte de rouleau compresseur, écrasant de manière impitoyable et terrifiante la moindre tentative de débat. On en est arrivé au point où le choix personnel, très médité, de ne pas se faire vacciner (du moins pour le moment) provoque l’accusation de négationnisme de la part d' »experts » au prestige reconnu et d' »illustres » animateurs de talk-show. Pour être condamné par ces messieurs, il suffit d’avoir des doutes sur la nécessité de vacciner ou non les enfants, même si l’on est le docteur Robert Malone, créateur du vaccin à ARNm.

Sa récente censure et disparition sur Internet est extrêmement révélatrice de l’ampleur de la tromperie de la population en la privant, comme il l’a lui-même dénoncé, de tout contraste informatif, de toute référence aux dangers de la vaccination ou de toute allusion au fait qu’il est illégal de forcer les gens à se faire injecter cette thérapie expérimentale. Obtenir la docilité nécessaire à tout troupeau pour qu’il soit conduit sur les chemins souhaités, même s’il s’agit d’errances sans but, est la fonction des chiens. Sans chiens dociles à la voix de leur maître, la docilité du troupeau n’est pas possible.

Comment peut-il y avoir autant de professionnels des médias ignorants et provinciaux qui ne sont même pas capables de se demander pourquoi, par exemple, la Chine (ou la Nouvelle-Zélande ou l’Australie) ont contrôlé les infections malgré le fait d’avoir des taux de vaccination très bas? Ou de se demander comment la version officielle dominante qui présente la vaccination comme une panacée universelle peut être maintenue, alors qu’il est évident que la vaccination seule est totalement incapable de prévenir la transmission? Est-il si difficile de se rendre compte que, comme l’affirment la Dr Teresa Forcades et de nombreux autres vrais experts, la vaccination actuelle (sans même entrer dans le débat sur sa dangerosité) n’est pas destinée à mettre fin à la transmission du SARS-CoV-2 mais « fait le travail à moitié et force le virus à muter en une souche plus virulente »?

Les vaccins auxquels nous serons à jamais liés ne visent pas non plus à stimuler l’auto-immunité cellulaire (innée et non spécifique mais bénéfique contre tout type d’infection) qu’Immodulon Pharmaceuticals voulait étudier. Et, comme l’explique la Dr Forcades, il n’y a pas non plus le moindre intérêt dans les traitements: « La recherche sur les vaccins dont nous disposons a été financée aux États-Unis par d’énormes sommes d’argent public: des dotations de 500 millions de dollars chacune ont été accordées aux entreprises qui font maintenant payer le vaccin et ne seront pas tenues responsables des effets secondaires. Si la moitié de cette somme avait été investie dans l’étude des traitements possibles (pas des vaccins, mais des traitements pour les personnes malades), nous en aurions sans doute de très efficaces. Même sans ce soutien financier, il existe déjà un traitement qui, s’il est administré à temps, est efficace dans 85 % des cas.

Sans entrer dans la question sérieuse de l’important contrôle social que les élites acquièrent par la vaccination de masse, une chose est sûre: seule semble être d’intérêt la vente et la consommation massivement des vaccins. Les atlantistes, bien sûr. Dans certains talk-shows, on commence déjà à entendre que le traitement de ceux qui ont été infectés sans être vaccinés devrait être payé par eux-mêmes. Devrions-nous donc tous payer pour le traitement de ceux qui, après avoir été vaccinés, sont infectés parce qu’ils ont passé tous les week-ends à faire la fête jusqu’à minuit ou une heure du matin (se pourrait-il que le virus soit un noctambule et qu’il démarre son activité à cette heure-là?). Ainsi que payer le traitement de tous ceux qui ont été infectés par cet enfant gâté lors de ces beuveries et orgies. Mais malheur à celui qui, par respect et solidarité, a toujours pris soin de lui mais a eu le malheur d’être infecté!

Il y a quelques mois, j’ai été surpris par la surprise de tant de personnes d’un niveau culturel élevé devant le fait que tant de gens, déjà vaccinées avec les deux doses, étaient infectées. Je les ai vus rassurés lorsqu’ils ont été convaincus que, même si la vaccination ne prévient pas l’infection, elle leur assure qu’ils ne finiront pas aux soins intensifs. Maintenant il commence à y avoir de personnes vaccinées avec les deux doses qui se retrouvent aux unités de soins intensifs. Mais peu importe, il s’agit d’un fait marginal, disent-ils, qui n’a aucune raison de remettre en question la doctrine indiscutable selon laquelle les vaccins sont la panacée universelle. C’est un fait jetable.

Ou, tout au plus, l’incongruité est rapidement résolue en affirmant qu’il s’agit de cas très exceptionnels. Ce qui est curieux, c’est que ceux qui agissent ainsi, et se targuent de rationalité face au négationnisme, ne s’inquiètent absolument pas du fait que tout contrôle statistique des décès ou des personnes gravement touchées par la vaccination soit systématiquement boycotté. Un contrôle qui permettrait une approximation de la réalité des données. Mais nous devrions nous poser cette question et bien d’autres: jusqu’à quand peut-on écarter les nouveaux éléments, qui ne manqueront pas d’arriver, qui ne cadrent pas avec cette doctrine officielle?

Est-il si conspirationniste de se demander pourquoi tout cela est si chaotique, étrange ou même suspect? Était-il si difficile de prévoir que, dans un monde sans solidarité où la vaccination est presque inexistante dans les pays les plus pauvres, tôt ou tard une variante encore plus virulente émergerait, comme celle qui est apparue en Inde, et que, par conséquent, la fameuse immunité de troupeau était une chimère? Ou peut-être même une tromperie? Et maintenant? Quelle variante explicative, quelle variante de la doctrine officielle les grands médias d' »information » vont-ils à nouveau injecter dans nos cerveaux?

Mais la plus grande et la plus fréquente de mes surprises est le fait que dans chaque nouveau cas dont j’entends parler –et il y en a déjà beaucoup– de décès ou d’effets indésirables graves à la suite d’une vaccination, les parents et amis de la personne décédée ou affectée ne voient jamais de lien entre la vaccination et ces incidents. C’est incroyable, quel lavage de cerveau efficace ! Quelle « rééducation » réussie ! Mieux que les classiques des états les plus totalitaires. Si cela se passe dans la petite sphère dans laquelle je me trouve, que se passe-t-il à l’échelle nationale ou mondiale?

Ce qui ne me surprend plus, après des décennies de lutte pour dénoncer le terrible et silencieux génocide de millions de Rwandais et de Congolais, c’est ce qu’une grande personnalité internationale a appelé « l’arrogance des médiocres ». Trop souvent, nous sommes sermonnés et rabroués sur le devoir de se faire vacciner, par solidarité, par ceux qui ne prennent pas la peine de s’informer en profondeur, par solidarité, dans des médias autres que la télévision et les médias « sérieux ». Nombreux sont ceux qui, vaccinés ou non, prennent des mesures extrêmement prudentes pour éviter la contagion. Par solidarité plutôt que par intérêt personnel. Mais, malheureusement, il y en a aussi beaucoup, trop, qui, une fois vaccinés, s’engagent dans des situations inappropriées, allant de l’imprudence à l’extrême dangerosité. Ces médiocres arrogants découvriront-ils un jour que ce sont ces derniers qui sont vraiment peu solidaires et dangereux pour nos sociétés ? Avec ceux, bien sûr, qui sont finalement responsables de toute cette grande tragédie et du fait que la grande majorité de l’humanité n’a pas accès à la prévention et aux soins de santé.

Et nous pourrions continuer à nous demander: est-il si difficile de se rendre compte que ce n’est pas une coïncidence que tout cela se produise dans un système où les élites ont toujours un accès direct à l’argent émis en quantités énormes par les banques centrales sans aucun contrôle démocratique, mais où la pauvreté, l’inégalité et l’exclusion augmentent de manière incontrôlée? Un système dans lequel, contrairement à la Chine, il ne peut y avoir de confinement strict parce que n’est pas souhaité fournir à la plèbe, pendant quelques semaines ou quelques mois, le même revenu que son revenu habituel. Pas  aussi investir dans le suivi, la surveillance, etc.

Est-il si compliqué de se rendre compte qu’avec un Occident dominé par la financiarisation et une Chine qu’on ne peut plus qualifier de communiste, beaucoup de vieilles catégories sont obsolètes? Comme le capitalisme (le marché libre qui pouvait exister dans le capitalisme industriel est mort et enterré) ou même la démocratie (la démocratie avec un contrôle écrasant de l’information et de l’économie par quelques élites puissantes?).

Et en plus de ces aides économiques pour faire face au confinement sans hâte, nous pourrions nous référer aux autres mesures de contrôle de la contagion. Ce sont là des mesures systématiques, obligatoires et gratuites, alors qu’ici, il y a ceux qui ont dû chercher désespérément pendant plusieurs jours un test antigénique, même à un prix élevé. Dans un article précédent, j’ai mis l’accent sur ces questions concernant les graves responsabilités des élites dans la gestion désastreuse de la pandémie. Une gestion désastreuse pour la société. Mais pour eux, c’est un mouvement qui leur a bien réussi, un mouvement qui creuse encore plus le fossé économique et de pouvoir entre eux et le reste d’entre nous. Mais dans celui-ci, je veux aborder brièvement, en conclusion, nos propres responsabilités en tant que troupeau.

Comment se fait-il que le tiktoker majorquin Nain Darrechi, qui a osé affirmer en ligne que, pour avoir des relations sexuelles sans préservatif, il a dit aux filles qu’il était stérile, ait encore plus de 26,7 millions de followers sur Tik Tok et 7,2 millions sur Instagram? Comment le troupeau de nos jeunes peut-il être aussi perdu? Comment peut-on admettre que des enfants gâtés osent, en pleine beuverie illégale, dire à la caméra de télévision: « Pandémie ou pas, je vais m’amuser comme je veux »? Ou que des jeunes confinés dans un hôtel quatre étoiles au milieu du Paseo Marítimo de Palma puissent lancer le cri de « Liberté », pour lequel tant de héros de l’histoire ont donné leur vie, et causer ainsi de nombreux dégâts aux terrasses et aux chambres? Sans parler des agressions directes et d’autres situations encore plus inquiétantes.

Face à de tels événements, se demander ce que nous avons fait et continuons à faire de mal n’est pas du tout rhétorique mais de la plus haute importance et urgence. Nous ferions bien de cesser de critiquer obsessionnellement les pays – »autocratiques » comme on nous le dit jour après jour– où cette folie individualiste et narcissique n’existe pas et de nous atteler à régler nos dangereuses affaires intérieures. Les affaires qui ont fait de nous de véritables troupeaux errants, perdus sans but et sans la prétendue immunité de groupe. Compte tenu du déclin de l’Occident, ces cultures, dans lesquelles les jeunes ont encore le sens de la collectivité, de l’autodiscipline et du respect des autres, prendront inévitablement les rênes de l’avenir. Ce sont les lois de la vie et de l’évolution.

Joan Carrero (1951) a été le troisième objecteur de conscience en Espagne, à l’exception des Témoins de Jéhovah. Il a dû s’exiler en Argentine où il a travaillé pendant trois ans avec des communautés quechua dans les Andes argentines, collaborant avec Adolfo Pérez Esquivel, prix Nobel de la paix en 1980. Pérez Esquivel a lui-même présenté la candidature de Joan Carrero au Prix Nobel de la Paix en 2000 pour son travail en faveur de la Vérité dans l’Afrique des Grands Lacs.

Il préside la Fundació S’Olivar d’Estellencs, dans les montagnes de Tramuntana, à Majorque, d’où il a mené des initiatives telles que le dépôt d’une plainte contre le gouvernement de Paul Kagame du Rwanda pour génocide et crimes contre l’humanité, qui a conduit à l’inculpation de 40 militaires rwandais par le juge Fernando Andreu de l’Audience Nationale espagnole, et la création d’une table ronde pour le dialogue entre les différentes parties au conflit rwandais. Il est l’auteur de 4 livres: Afrique, la mère outragée (2010), L’heure des grands « philanthropes » (2012), Les cinq principes supérieurs (2015) et Le « Shalom » du ressuscité (2018).

Entretien avec le Dr Robert Malone dans le podcast DarkHorse (11.06.2021)
facebook
Twitter
Follow